· 

La température minimale de confort

La température minimale de confort, vous connaissez?

 

Avec les temps froids qui approchent beaucoup se posent la question du confort de leur chevaux. Box? Couverture? Tout nu avec foin à volonté? C'est difficile de prendre une décision éclairée. L'influence de l'entourage et des réseaux sociaux prévaut souvent sur la science pour la décision finale. Et si nous mettions des chiffres et des explications claires, afin d'avoir toutes les cartes en main pour choisir ce qui convient à notre partenaire équin…

 

Ici je ne cherche pas à vous faire choisir un mode de vie pour votre cheval et aucun préjugés ne se cache dans ce texte. Ce sont des faits et chiffres purs et durs.

 

Chez toutes les espèces il existe une température minimale et maximale de confort. Cette température est celle où, sans utilisation de moyen extérieur, l'animal est confortable et ne nécessite pas de surplus d'énergie pour se réchauffer ou refroidir. Ces températures sont établies en considérant que la nature a pu faire son œuvre, donc laisser l'animal s'adapter aux températures extérieures et que l'animal est en bonne condition physique.  Par exemple, chez l'humain la marge est vraiment mince. La température minimale de confort est de 20°C et maximale de 25°C. Ce qui signifie que tout nu, la majorité des humains vont chercher à se couvrir en deçà de 20°C et vont commencer à limiter les mouvements et augmenter la consommation d'eau au-dessus de 25°C. Maintenant qu'en est t'il du cheval? 

 

Chez un cheval adulte sain la marge se situe entre -15°C et 25°C avec des variables.

➡ ️ Si le cheval est sur le poil d'été, cette zone est de 0°C à 25°C. 

➡ ️ Si le cheval est maigre, malade ou âgé, la température minimale peut varier de -10°C à 0°C.

➡ ️ Chez les poulains de moins de 12 mois la température minimale de confort est de 0°C et chez les nouveaux nés elle est à 22°C. Donc, c'est très important de surveiller les nouveaux nés de très près. 

 

 Si le mercure dépasse les marges de confort, que se passe-t-il? L'animal va commencer à utiliser ses ressources pour se thermoréguler. Donc en temps chaud il va commencer à suer, diminuer sa consommation alimentaire, augmenter sa consommation d'eau, limiter ses déplacements et chercher l'ombre. Par temps froid il va activer sa piloérection, augmenter ses déplacements, sa consommation alimentaire et rechercher des aliments riches en énergie digestible. (le processus de réchauffement par l'alimentation est expliqué en détail dans un autre article de mon blog). Si ces méthodes de réchauffement ne sont pas disponibles ou suffisantes, les premiers signes d'hypothermie apparaissent, le grelottement et la crispation musculaire embarquent. Si le foin n'est pas distribué à volonté, le cheval va se mettre à puiser dans ses réserves d'énergie (graisses) pour se réchauffer ce qui va causer un amaigrissement. 

 

Concrètement, lorsque la température minimale de confort est atteinte ( Le cheval étant fragile aux vents et humidité, nous sommes mieux de nous fier à la température ressentie qu'à la température réelle.)

Nous devons fournir à notre cheval un moyen de se réchauffer par lui-même ou en intervenant. 

* Soit en le laissant augmenter sa consommation de fourrage comme bon lui semble 

(l'eau tempérée doit toujours être disponible à volonté)

* En lui mettant une couverture suffisamment isolée pour compenser le fait que la piloérection ne pourra pas se faire 

*En lui fournissant un box ou abris tempéré sans être trop chaud pour ne pas déclencher la sudation, ce qui serait encore pire pour le cheval. 

* En lui offrant une ration supplémentaire riche en calories et fibres. Il est possible d'y ajouter de l'eau chaude pour l'aider à se réchauffer, se maintenir hydraté et augmenter la digestibilité 

* En lui fournissant des enclos suffisamment grands pour qu'il puisse bouger librement aux 3 allures 

 

Bref le choix nous appartient de laisser le cheval se réchauffer par lui-même ou intervenir pour ne pas qu'il ait à activer ses mécanismes. Tant que les moyens "extrêmes" ne sont pas enclenchés (grelottement, crispation) le cheval n'a pas froid en autant qu'il dispose de tout ce dont il a besoin. Exactement comme nous à 15°C nous sommes très bien avec une petite laine, mais sans elle, les frissons commencent à embarquer.  Si vous voulez pouvoir "comprendre" clairement votre cheval, dites vous que -15°C (0°C s'il est tondu ou sur le poils d'été) pour lui équivaut à 20°C pour nous. C'est là que nous comprenons que nous sommes des petites bêtes fragiles! 

 

Évidemment ces chiffres proviennent d'études et sont les données pour l'espèce et non pour chaque individu.  Les chevaux en surpoids ou de races nordiques sont plus rapidement sujet aux coups de chaleur mais leurs moyens de thermorégulation par temps froid sont beaucoup plus efficaces. Alors que les races à sang chaud ou élancées vont avoir une excellente thermorégulation par temps chaud, cependant celle par temps froid est beaucoup moins efficace et ils vont peiner à se réchauffer lorsque la température minimale est atteinte. De ce fait, il est important de garder votre cheval à l'œil et si des signes d'hyperthermie ou d'hypothermie se manifestent, il faut intervenir car à ce moment, son bien-être,  voir sa vie, sont menacés. Tant que le mercure ressenti se situe dans les zones de confort thermal, aucune action n'est nécessaire et elles peuvent même être nuisibles. 

 

Sur ce, bonne réflexion sur les choix de confort de votre compagnon équin. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0
nous rejoindre ecurie kalin
suivez nous facebook kalin
suivez nous instagram kalin
lien externe kalin
écurie kalin pension certifié galahad
cheval poulain palomino a l'écurie kalin